Nous disions que, de décomposition en décomposition, quand on analyse la structure d’un organe, on va à l’infini, quoique le fonctionnement du tout soit chose simple. L’excédent d’épargne explique à la fois le manque de dynamisme dont souffre l’économie mondiale depuis de nombreuses années, le niveau d’inflation bien inférieur aux objectifs des banques centrales et la faiblesse record des rendements sur les marchés de capitaux. Mais en même temps, les américains risquaient de perdre un allié de taille comme le Maroc et de voir s’exacerber les tensions dans la région au moment où le royaume a pris l’initiative au niveau diplomatique sur deux fronts: en proposant un plan d’autonomie au Sahara occidental d’une part, et en assumant un rôle croissant en tant que facteur de stabilité et de développent dans la région et en Afrique, d’autre part. C’est évident dans le cas d’une opération mathématique. C’est pourquoi les banques réexaminent les moyens à leur disposition pour maintenir et augmenter la fidélité des consommateurs. Des divergences qui éloignent la perspective d’un gouvernement économique alors que ce dernier aurait dû être consubstantiel de la création l’euro pour en assurer le bon fonctionnement. Celui qui regarde l’eurozone comme étant toujours une communauté de stabilité a perdu toute référence. Un enfant comprend difficilement que, ce qu’on veut de tout son cœur, on ne le puisse pas ; émerveillé de ce qu’il fait, il en conclut qu’il peut tout faire. Imaginons que la richesse générée dans notre pays, le PIB, soit de 100 euros et que sa croissance soit de 2% par an en moyenne. Puisque les interconnexions (et, plus généralement, les lignes de transport) permettent d’échanger des kilowattheures entre deux pays ou régions, la valeur économique de ces échanges est donnée par la différence de prix entre les deux extrémités de la ligne. Si l’optimisme, au lieu de considérer le monde comme actuellement bon, tente d’y rétablir la notion d’un progrès continu et réglé par une loi divine, réussira-t-il mieux à absoudre le monde et à fonder la moralité humaine ? Voilà pourquoi, une fois de plus, la BCE a agi trop peu, et trop tard. Il convient de remarquer l’hypocrisie de l’expression. On voulait rétablir l’église dans sa belle harmonie d’autrefois. Le chief digital officer est là pour siffler la fin de la récréation. Plus tard, d’ailleurs, comme l’organe même, il réagit sur la fonction ; on finit par agir de telle manière parce qu’on a un organe développé dans tel sens et qu’on éprouve un plaisir en allant dans telle direction. C’est aussi parce que l’effort est local que la douleur est absolument disproportionnée au danger couru par l’être vivant : le danger peut être mortel et la douleur légère ; la douleur peut être insupportable (comme celle d’un mal de dents) et le péril insignifiant. Ce constat reste d’ailleurs vrai en niveau. D’un côté, l’alliance AllSeen avec Qualcomm, LG, Microsoft,… d’un autre, Google avec son consortium et son protocole Thread qui a déjà rallié un certain nombre d’entreprises comme le géant Samsung, ajoutent encore un peu plus de confusion dans l’esprit du grand public. Cela soulève bon nombre de questions : comment les satisfaire non seulement aujourd’hui mais aussi à l’avenir ? À défaut de puissance, nous avons besoin de confiance. Tous les autres concepts dont l’expérience me suggère l’idée ne sont qu’en partie re­consti­tuables a priori, la définition en sera donc imparfaite, et les déduc­tions où entreront ces concepts, si rigoureusement qu’on enchaîne la conclusion aux prémisses, participeront de cette imperfection. Mais il y a aussi le sentiment qu’on était fait pour une vie de risque et d’aventure, comme si la paix n’était qu’une halte entre deux guerres. On l’aurait fait passer du visible dans l’invisible. C’est un événement qui génère de vraies cohésions sociales et institutionnelles au niveau international, estime Jean-Thomas Trojani.