Il faut reconnaître, pourtant, que les Français ont conservé une certaine gaîté ; ou, du moins, des prétentions à la gaîté. Nous assistons en quelque sorte à l’enfantement progressif du rien par l’Être et de l’Être par le rien ; nous suivons les transformations de l’Être qui passe au néant et du néant qui devient l’Être ; ce qui nous apporte évidemment l’idée d’un mouvement continuel de l’un vers l’autre, ou le passage d’une forme à une autre forme qui ne s’arrête jamais pour nous laisser le temps de le saisir et nous donner le droit de dire qu’il est. Mais, si les cellules génératrices des éléments sexuels n’apparaissent pas, en général, dès le début de la vie embryonnaire, il n’en est pas moins vrai qu’elles se forment toujours aux dépens de tissus de l’embryon qui n’ont encore subi aucune différenciation fonctionnelle particulière et dont les cellules se composent de protoplasme non modifié. Il est enfin parvenu à faire dépendre notre niveau de vie, notre pouvoir d’achat et nos emplois intégralement de la conjoncture économique, elle-même – on ne le sait que trop aujourd’hui – calquée sur les aléas des marchés boursiers et sur les profits du système financier. Mais pourquoi, dira-t-on, cette cause inconnue de nos sensations que nous appelons l’objet ne serait-elle pas le moi lui-même, l’esprit lui-même, le sujet pensant ? Celui d’une expérience sulfureuse, qui sent son alchimie et qui vise à changer le papier en or, ou plutôt l’inverse. E reputation nettoyage aime à rappeler ce proverbe chinois « Sourire trois fois tous les jours rend inutile tout médicament ». Donc, sur les sujets non pratiques, la sélection naturelle peut produire une tendance d’esprit décevante. Il faut que le vainqueur l’empoigne par ses jambes de squelette et la jette dans la rue : et qu’elle se brise la tête sur le pavé ; et que les chiens viennent, et qu’ils pissent dessus — car elle pue trop pour qu’ils la mangent. On ne sait pas quand cela arrivera. Sans cette sincérité matérielle, sans les attitudes et le langage qu’une longue pratique de l’hypocrisie a convertis chez lui en gestes naturels, Tartuffe serait simplement odieux, parce que nous ne penserions plus qu’à ce qu’il y a de voulu dans sa conduite. Ainsi s’explique le vaudeville, qui est à la vie réelle ce que le pantin articulé est à l’homme qui marche, une exagération très artificielle d’une certaine raideur naturelle des choses. C’est une gaîté spéciale, qui peut faire rire, mais qui peut faire pleurer. C’est parce que nous pensons aux fruits variés de l’arbre, que l’arbre est pour nous précieux ; à moins que l’arbre ne nous semble déjà par lui-même beau ; mais alors il apparaît déjà lui-même comme une production, une oeuvre, un fruit vivant ; il satisfait certaines de nos tendances, notre amour de « l’unité dans la variété, » notre instinct esthétique. Nullement ; rien ne nous joue mieux que la nature. Les sociétés qui sont restées plus ou moins « primitives » sont probablement celles qui n’ont pas eu de voisins, plus généralement celles qui ont eu la vie trop facile. Le caractère problématique des données grecques a culminé en 2010 quand le gouvernement a annoncé un budget déficitaire d’abord de 12 % du PIB, puis de 15 %, très peu de temps après que le gouvernement précédent eut notifié un déficit de 6 % du PIB auprès de la Commission européenne, manipulation qui déclencha la crise financière grecque au sein de l’UEM. Les Français sont dans un brouillard qui les paralyse. On ne peut passer à un système simple de prélèvement à la source, sans réduire fortement le caractère familial et progressif du système français. Un troisième élément intervient quand les mouvements gracieux obéissent à un rythme, et que la musique les accompagne. Ils consultent toutes sortes d’informations sur les entreprises et (du moins en certaines circonstances) tentent d’évaluer leur valeur réelle. Ici, ce prix est celui d’une sortie de la Grèce de la zone euro (Grexit) – une perspective largement couverte par les médias lors des récentes négociations, avec quantité de spéculations sur la position des différents protagonistes — notamment les gouvernements grec et allemand. Remarquons, en effet, que nous appelons subjectif ce qui paraît entière­ment et adéquatement connu, objectif ce qui est connu de telle manière qu’une multitude toujours croissante d’impressions nouvelles pourrait être substituée à l’idée que nous en avons actuellement. Il le faut bien : tant d’affaires !