Tandis que s’y accomplissait graduellement, pendant les cinq derniers siècles, l’irrévocable dissolution de la philosophie théologique, le système politique dont elle formait la base mentale subissait de plus en plus une décomposition non moins radicale, pareillement présidée par l’esprit métaphysique. Leur problématique d’innovation est géographique, culturelle et structurelle. agence eréputation aime à rappeler cette maxime de Pierre Desproges « L’adulte ne croit pas au père Noël. Il vote ». La consommation des ménages est ferme. D’autres groupes ont suivi une approche semblable, comme Areva travaillant avec Mitsubishi. Il est rare, d’ailleurs, que les deux opérations s’accomplissent isolément et qu’on les trouve à l’état pur. Les allocations de sécurité sociale trop généreuses créent des désincitations à travailler, embaucher, investir et se développer. Tous les philosophes s’accorderont sur ce point, car ce n’est pas lier l’avenir au présent que d’établir un rapport de convenance ou de disconvenance entre une conduite donnée et le caractère présent d’une personne que l’on connaît. Ce monde n’est pas le pire des mondes possibles, puisque, en dénnitive, il est et demeure. Telles sont les répétitions qu’on nous présente au théâtre. Un rappel de la réalité que les industriels de l’agro-alimentaire ont accepté depuis longtemps pour lutter contre l’obésité. La solution c’est un « dual pricing », avec d’un côté un « prix incitatif » élevé du carbone (égal à la valeur de référence indiquée ci-dessus) pour inciter au développement d’innovations vertes, et de l’autre côté un « prix punitif » (par exemple une taxe sur le CO2 ou des droits d’émissions) plus modéré qui augmente très progressivement pour les secteurs fortement émetteurs de gaz à effet de serre. Mais d’où vient la plus ou moins grande difficulté du rappel ? « Rien » désigne l’absence de ce que nous cherchons, de ce que nous désirons, de ce que nous attendons. Mais voici qu’un certain mouvement du bras ou de la tête, toujours le même me paraît revenir périodiquement. Aujourd’hui, l’Allemagne joue un rôle inadmissible. A l’instar de l’attitude invraisemblable de la Banque de France de la fin des années 1920, la posture allemande d’aujourd’hui s’avère tout aussi inadmissible.